Google+ de La Taverne du Jeu Facebook de La Taverne du Jeu Twitter de La Taverne du Jeu Flux RSS de La Taverne du Jeu
Partager sur FaceBook Partager sur Twitter
Mon Premier 1000 Bornes
Mon Premier 1000 Bornes
Auteur(s) : -
Illustrateur(s) : -
Editeur : Dujardin
Distributeur : TF1 Games
Collection : Mon Premier 1000 Bornes
Année : 2009
Genre : Jeux de cartes
Thèmes : Divers
Mécanismes : Mémoire
Joueurs : 2 à 4 joueurs
Age : 3 à 10 ans
Durée : 20 min
Prix : 20€
En vente

Pour qui !!!
Pour les Enfants !!!

Difficulté
Note de 1 sur 5
Hasard
Note de 4 sur 5
Reflexion
Note de 2 sur 5
Communication
Note de 3 sur 5
Habileté
Note de 2 sur 5
l'avis des joueurs
Nombres d'avis : 0
Note des joueurs : 0,00
- Voir les avis -

Description
Vous devez parcourir le chemin de l'école le plus rapidement possible afin d'arriver avant le directeur. Mais attention aux attaques ! Il faut aller piocher la bonne parade qui vous aidera à repartir. Retrouvez le plaisir d'une partie de 1000 bornes avec des cartes simplifiées et une règle du jeu progressive à 3 niveaux.

Notre avis
Note de 2 sur 5 Ecoutez notre avis

Texte alternatif

Voici une description des points qui nous semblent importants lors de l'attribution de la note finale et notre système de notation.

Du plus important au moins important :
  • 1er : plaisir de jouer (la mécanique du jeu, ses règles, l'ambiance)
  • 2ème : le matériel
  • 3ème : l'explication des règles

Notation du jeu selon nos critères:


1 chopine

Mauvais Jeu : on ne s'amuse pas, problème dans les rêgles, matériel de mauvaise qualité...


2 chopine

Jeu Moyen : On s'amuse un peu mais trop de défauts en général pour avoir envie d'y jouer régulièrement.


3 chopine

Jeu Correct : On peut s'amuser à chaque partie mais il y a un problème soit dans les règles, l'ambiance ou le matériel.


4 chopine

Bon Jeu : On s'amuse à chaque partie. Les règles, l'ambiance et le matériel sont de bonne qualité mais il y a quelques défauts pour le rendre parfait.


5 chopine

Jeu Incontournable : On a envie d'y jouer très souvent ! Rien à redire sur les règles, l'ambiance et le matériel ! On en redemande !!!

Mon Premier 1000 Bornes s'apprend en quelques minutes. L'ensemble des joueurs va devoir faire avancer le pion famille jusqu'à l'école avant que le pion directeur n'y arrive. Il n'existe donc pas de compétition entre les joueurs : l'objectif est partagé par tous.

Malgré un boîtier surdimmensionné et non fonctionnel, le jeu est très séduisant car le matériel est de qualité :

  • un plateau particulièrement attractif qui permet à chacun de suivre la partie dans le bon sens quelle que soit sa place autour du jeu, avec des emplacements pour positionner les cartes,
  • des cartes à l'image du jeu original mais adaptées aux plus jeunes (colorées, amusantes sans être infantilisées),
  • et bien sûr, le sabot, échancré pour faciliter la pioche, dont l'emplacement est prévu au centre du plateau...

Le graphisme et les illustrations sont agréables et nous plongent directement dans l'univers du célèbre 1000 bornes. On aurait par contre préféré de réelles petites voitures plutôt qu'un pion carton sur un support plastique pour se déplacer.

Les règles sont particulièrement explicites : découpées en plusieurs chapitres courts et précis (contenu de la boîte, préparation, but du jeu, déroulement et fin de la partie), elles sont illustrées avec les dessins du matériel au fur et à mesure des explications.

Le mécanisme du jeu est simplissime : après installation du matériel, le joueur tire une carte de la pioche et fait avancer

  • soit les deux pions si la carte tirée est une carte borne
  • soit le pion famille si une carte attaque (embûche) est tirée et la carte parade correspondante (qui débloque le jeu) est retrouvée parmi ses propres cartes
  • soit le pion directeur si une carte attaque est tirée et non résolue par une carte parade correspondante.

 

C'est ensuite au joueur suivant jusqu'à ce que l'un des deux véhicules atteigne l'école. La manipulation est donc simple et ne nécessite pas d'adresse particulière (comme jeter correctement un dé ou tenir des cartes en main qui s'avèrent parfois difficile pour les plus jeunes). Le jeu se veut évolutif de par les 3 niveaux de jeu qu'il offre : une règle pour les 3-4 ans faisant appel à l'appariement des cartes attaques et parades correspondantes, une règle pour les 4-5 ans où la difficulté est corsée par une installation des cartes non visibles ‑ et faisant soi disant appel à la mémoire ‑, une version pour les 5 et plus où le nombre de cartes augmentent.


Dans la version des 3-4 ans, la règle est établie de telle sorte qu'on ne perde jamais ‑ ce que je trouve personnellement regrettable : il me semble important de montrer à un enfant qu'il est possible de gagner ou de perdre; lui laisser gagner les premières parties d'un jeu lui donne un bon aperçu de l'objectif à atteindre mais il faut également qu'il puisse se représenter le jeu sans gagner à tous les coups. Néanmoins, à la décharge des éditeurs, cela est préciser dans la règle du jeu, comme étant d'ailleurs un point positif : faire coopérer les enfants en vue d'un même objectif en s'aidant les uns les autres (et qui amène donc à une finalité positive : on gagne). A l'inverse dans la version des 5-6 ans, gagner relève du miracle : la mémorisation n'entre pas (ou peu) en ligne de compte et seul (ou presque) le hasard permet d'avancer. Les parties sont extrêmement rapides, le plateau ne comptant que 18 cases.

La participation de l'adulte est ‑ importante précise la règle ‑ indispensable pour accompagner et animer les parties notamment pour les plus petits. Pour jouer correctement, les enfants doivent être capable de se projeter dans l'univers 1000 bornes : il nous faut donc prendre le temps de leur décrire le matériel et de donner du sens au jeu, surtout dans ce jeu coopératif.

Mon Premier 1000 Bornes est essentiellement gouverné par la chance et peut lasser les parents par le côté répétitif. Un jeu a priori sans défaut majeur, rapide mais qui manque de relief. Il apparaît comme un bon support de licence mais sans grande valeur ludique.



Avatar de
Par Glorieuses
Le 29/04/2010